vendredi 20 février 2015

Otages en pleine mer



4000 personnes ont été secourues par Frontex en une petite semaine. Par centaines, elles dérivaient sur des cargos abandonnés, au large de Lampedusa. Déjà, les chiffres record de l'année dernière ont été dépassés. En 2014, on estime à au moins 3500 le nombre de morts dans cette traversée.
Si l'on en juge par ces premières semaines de 2015 et les tensions de l'autre côté de la Méditerranée, tout porte à croire que le pire est à venir... le flux gonflera et avec lui le nombre de victimes.
Dans ce contexte, ISIS (Etat Islamique en Irak et au levant) a franchi un pas de plus dans l'horreur et menacé l'Italie d'envoyer 500 à 700 000 migrants sur des embarcations de fortune depuis les côtes libyennes, si elle engage ses troupes contre les Djihadistes. 

Encore une fois, des êtres humains sont instrumentalisés jusqu'à la mort...
Des deux côtés de la Méditerranée, des sales types se rempliront les poches : le marché des migrants devraient connaître en 2015, une croissance remarquable. De ce chaos en Méditerranée, ce sont toujours les pires qui tireront profit et L'Italie sait bien que l'Europe effrayée ne sera pas au niveau...

Les noyés, eux, inévitablement, nageront vers leur destin : celui des oubliés. 


Poème sur une jeune noyée
Bertold Brecht

Lorsqu’elle fut noyée et dériva
De ruisseaux en plus grandes rivières
L’opale du ciel prit un ton étrange
Comme s’il devait apaiser le cadavre.

Varech et algues s’enroulèrent à elle
Et peu à peu elle s’alourdit
Les poissons glacés glissaient près de sa jambe
Plantes et animaux alourdirent encore son dernier voyage.

Et le soir, le ciel s’assombrit comme de la fumée
Et la nuit, il tint avec les étoiles, la lumière en échec.
La clarté toutefois se fit tôt, afin
Que pour elle aussi il y ait un matin et un soir.

Lorsque son corps pâle fut pourri dans l’eau
Il arriva (cela se fit lentement) que Dieu l’oublia peu à peu
Tout d’abord son visage, puis les mains et enfin sa chevelure.
Alors elle devint charogne parmi les charognes des rivières.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire