mercredi 30 août 2017

Ici et ailleurs, à Paris, les 15, 16 et 17 septembre


Quand au printemps dernier, Polska m'a proposée de venir exposer dans son atelier pour la première édition du Génie en liberté, j'ai dit oui tout de suite, sans même avoir vu le lieu. J'ai dit oui parce que c'est Polska et qu'il y a des univers artistiques qui se parlent si facilement et si spontanément que l'intérêt de leur cohabitation est une évidence. 

Quelques jours plus tard, je croisais Maïka et Pol Lujan, également conviés à exposer chez Polska pour ce Génie en liberté. Leurs sourires entendus en apprenant que je n'étais jamais allée chez Polska m'avaient préparée à quelques surprises… 
En juillet dernier, quand j'eus terminé les travaux du passage Beslay, j'allais enfin prendre le thé chez Polska. Je sortais charmée.

C'est un passage comme le XIe arrondissement de Paris en cache un peu partout : on y entre par un porche de la largeur d'une porte d'immeuble dont la grille est le plus souvent ouverte. une fois à l'intérieur-extérieur, le regard porte loin, heurtant les pavés défoncés par des années de labeurs et de charges pesantes roulées à bras d'hommes. Tout au fond sur la gauche, dans le coin d'une cours ombragée par une vaste tonnelle croulante de vigne, une porte donne accès à ce qui ressemble fort à une serre. 
Sauf que, une fois encore, les sens vous trahissent : la porte de l'immeuble n'ouvre pas sur un immeuble et celle de la serre n'ouvre pas non plus sur une serre : vous venez d'entrer dans l'atelier de Polska  qui, en fait, est quand même un peu une serre. Le raisin a gagné l'intérieur et pend en grappes lourdes au-dessus de nos têtes dans un foisonnement de feuilles luisantes, des jardinières et des bacs font murets et la luxuriance verte et florale côtoie les végétaux desséchés. 
Mortes ou vives, les plantes sont partout, entrelacées ou ponctuées de papiers, de pirogues, de mots et de pierres légères comme des nuages… Ici tout bruisse comme un jardin. Ici, ce n'est pas un lieu, c'est un espace-temps. On y est ici et on y est ailleurs. Ici, c'est un "rempart de brindilles" (René Char). 

Alors dans l'atelier de Polska, les 15, 16 et 17 septembre prochain, j'exposerai des bribes de vie : des photos d'ici et d'ailleurs suspendues comme de minuscules souvenirs au-dessus de ma conscience, des peintures attrapeuses de tempêtes qui fixent sur mes photos souvenirs, heurs et malheurs du temps présent. 







Enfin, parce qu'on sera ici et parce qu'on sera ailleurs, j'inviterai René Char et mon Inca du limon qui récite Neruda. Deux poètes qui me musardaient déjà, il y a près de dix ans, quand j'écrivais les Errances. Il y était alors beaucoup question de fleurs, de langage et de temps… comme dans l'atelier de Polska, en fait.

Merci Polska !






INFOS PRATIQUES

Le Génie en liberté

Premières portes-ouvertes des ateliers des artistes du Génie de la Bastille, le Génie en liberté est une promenade artistique dans le 11e arrondissement de Paris, qui se déroulera les 
15, 16 et 17 septembre
90 artistes, 45 ateliers, 8 galeries, 13 lieux d'animation.


L'atelier de Polska (n°30 sur le plan)

7, rue de Montlouis - 75011
(au fond de l'impasse à gauche)
Artistes exposants : Polska (sculpteur), Pol Lujan (photographe), Maïka (graphiste), arYsque et quelques performances…


jeudi 24 août 2017

Rentrée avec les Matinaux

Les Matinaux. Les Amants détenus (hommage à René Char). 
Acrylique et Posca sur bardeaux de mélèze.



« La sagesse est de ne pas s’agglomérer, mais, dans la création et dans la nature communes, de trouver notre nombre, notre réciprocité, nos différences, notre passage, notre vérité, et ce peu de désespoir qui en est l’aiguillon et le mouvant brouillard. » 
René Char, Rougeur des Matinaux (V), in Les Matinaux, Gallimard, 1950.



Au lieu dit du Serré-Coste-Telme, j’ai installé quelques Matinaux pour veiller sur mon jardin. J’avais emporté René Char dans mes valises pour préparer mon expo de septembre dans l’atelier de Polska : René Char, un passage obligé pour réussir à me poser enfin, après une année passage Beslay où je n’ai pas pu, suffisamment, prendre le temps de ces flâneries poétiques qui m’éclairent et me guident.

Je rouvrais Les Matinaux en quête d’un texte à partager avec Polska, Maïka et Pol Lujan, les trois artistes avec lesquels j'exposerai pendant la première édition du Génie en liberté

J’avais imaginé réfléchir une demie-journée sur cet ouvrage que j’avais déjà lu, mais il m'a happée et j’y ai passé presque toutes les matinées de mes vacances. C’est qu’il restaient encore dans mon atelier en plein air, des bardeaux de mélèze de l’ancien toit, des outils, du liant, des pigments, etc. Il ne manquait en fait que ma trousse de Posca que je pouvais encore faire venir.
Alors, comme un moineau qui s’ébroue dans une flaque d’eau (scène vue hier au jardin partagé Truillot dans une barquette installée tout exprès par Demba, grand fou rire !), je me suis « baigné(e) dans le poème »* (de Char) et j’ai planté cinq Matinaux à Coste Belle. Désormais, ils veillent sur mon jardin lorsque je dois l’abandonner à ses saisons extrêmes, là-haut, à un peu plus de 1400 m d’altitude. 

Les Matinaux, Fête des arbres et du chasseur

Les Matinaux, Fête des arbres et du chasseur. Le Chasseur désespéré. 

Les Matinaux, Fête des arbres et du chasseur. Première guitare. 

Les Matinaux, Fête des arbres et du chasseur. Deuxième guitare. R°

Les Matinaux, Premier Matinal V°


les Matinaux sont donc restés là-bas, dans mes montagnes. 
Rentrée à Paris cette semaine, je prépare mon expo chez Polska dans le cadre du Génie en liberté à laquelle je serais contente de vous voir.

Je vous en dis plus bientôt sur ce que j'y présenterai, mais notez déjà les dates : les 15, 16 et 17 septembre à Paris dans le XIe. Au programme : un parcours artistique dans l’arrondissement, avec 20 installations et plus de 90 artistes exposés dans 45 ateliers (l’atelier de Polska est le n°30 sur le programme), 8 galeries et 13 lieux d’animation. Programme et dossier de presse en cliquant ici.

Bonne rentrée à tous et à bientôt !

* A. Rimbaud. le Bateau ivre