Articles

Affichage des articles du mars, 2015

Interlude printanier / Les Mondes retrouvés (4)

Image
Après cette fête gigantesque que donnèrent les peuples de pierre d'Hatra, nous eûmes quelques jours de répit. Attaquées sur un autre front, les armées de Daesh semblaient ralentir le rythme de leurs razzia... à moins que la musique n'ait couvert leurs exactions et que le bruit des bulldozers ne soit pas parvenu jusqu'à nous.
Que devenaient les derniers peuples de pierre ?  Grisée par le printemps qui démarrait ici avec force douceur, je me plaisais à espérer que sur les bords du Tigre, des nymphes insouciantes annonçaient elles aussi le retour des beaux jours... A espérer ou à rêver, parfois c'est la même chose. Toujours est-il que sur ma feuille de papier, les naïades s'égayaient à l'abri des regards. Dans ce pays où continue de planer le drapeau noir de Daesh, elles vivaient malgré tout.
J'étais là, savourant de les voir s'amuser, quand j'entendis une voix me souffler à l'oreille :
"Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie, Verse l'amour …

Hatra Funky Town / Les mondes réenchantés (3)

Image
Troisième épisode suite au saccage de Hatra le 7 mars dernier HATRA FUNKY TOWN (Pour voir les épisodes précédents des mondes réenchantés : 1 - Ishtar à Mossoul 2 - Nimrud chez les Celtes)



C'était l'heure des aubes violines et Hatra sommeillait. J'aimais cette encre que j'avais parcourue de brumes matinales. Je l'aimais vraiment : les nuances lumineuses de son ciel, son toucher délicat, ses ombres passées. Je l'aimais et pourtant je savais : elle ne résisterait pas à l'assaut des barbares. Après le musée de Mossoul et le site de Nimrud, Hatra allait être attaquée et mon encre à coup sûr, subirait le même sort. Effectivement, à cette heure sublime des aubes violines, précisément quand la ligne d'horizon exalte une renaissance, des hommes de trop de foi sont venus semer la mort dans la cité du Dieu Soleil. Entre ses murs de pierre taillée, une armée de démons furieux déferlait, pillait, raflait, démolissait, anéantissait... Épuration culturelle !




Nimrud chez les Celtes / Les mondes réenchantés (2)

Image
Il est mille et une façons de résister, je poursuis la mienne. Elle consiste à donner vie aux oeuvres que l'obscurantisme voudrait voir disparaître, en leur faisant jouer des scénettes sur mes feuilles de papier. 
Cette fois, c'est à Nimrud que je vous emmène. Nimrud, une des plus anciennes cités, nommée Calakh dans l'Ancien testament (Genèse, X - 11-12) et ravagée hier.


(Suite de l'épisode précédent)


Les nouvelles n'étaient pas bonnes. Dans toute la région, les hordes barbares semaient la terreur et plus aucun Assyrien n'était en sécurité. Cette nuit, on avait annoncé la mise à sac de la ville de Nimrud : sous le drapeau de Daesh, un carnage fut commis : les bulldozers ont supplanté masse et burin dans la main des bourreaux. A cette nuance près, le scénario de l'attaque avait été

Ishtar à Mossoul : le monde réenchanté

Image
Six jours, c'est le temps dont j'aurais eu besoin pour encaisser l'affaire. Les barbares ont détruit à Mossoul des trésors assyriens et pré-hellénistiques : jetés à terre, défigurés au marteau piqueur, démolis à coups de massue. Je me suis sentie blessée jusque dans ma chair, comme si l'on m'avait arraché un pan d'humanité, un morceau de mon être. Alors pendant six jours, j'ai préparé ma riposte. Sur la déclaration de la Directrice de l'Unesco dénonçant les destructions culturelles opérées par Daesh, j'ai d'abord écrit en lettres rouge sang, mon deuil et mon angoisse. Puis, j'ai répertorié les dégâts et rendu les honneurs aux Assyriens bafoués : sur ma feuille de papier dieux et rois de Hatra sont morts le glaive au poing. 


C'était une première réaction à la barbarie : dessiner les oeuvres détruites comme pour dire "même pas mort", les faire revivre sur une feuille de papier avec ces armes fatales que sont ma plume et mon pinceau.…