jeudi 18 avril 2013

"Je dis TU à tous ceux qui s'aiment"*


Non mais qu'est-ce qu'ils ont tous, ces dingues, à placer le mariage hétéro au centre de la société ? Où voient-ils encore que le couple marié forme une famille durable et inébranlable sur laquelle pourrait se baser tout le ciment social ? D'où sortent-ils cette idée saugrenue que la société devrait se faire le reflet des lois de nature (et d'ailleurs n'ont-ils jamais croisé de chiens sodomites ?) ?

Cela fait belle lurette qu'à part dans quelques communautés aux opinions religieuses bien ancrées, on n'attend plus de se marier pour fonder une famille. Aujourd'hui, les gosses sont demoiselles et damoiseaux d'honneur de leurs parents plus souvent qu'à leur tour, si tant est que les parents se marient un jour. Aujourd'hui, on divorce dans presque la moitié des cas… Je vous laisse imaginer dans quelle mouise nous serions si l'on devait fonder la société sur une institution aussi volage…

Pourtant, pour être tout à fait franche, le mariage pour tous, avant, je m'en foutais. Il me semblait même que le pays avaient d'autres priorités, que la lutte contre les licenciements boursiers, la fraude fiscale, etc. étaient autrement plus urgents. J'avais beau trouvé ridicule ce déferlement de bigottes et bigots n'ayant que très peu à envier aux salafistes et autres coincés de la tolérance, je m'agaçais de la manière dont le gouvernement se servait de cette loi progressiste pour masquer tous les autres reniements…

Je m'en foutais mais je savais que si j'avais du voter, j'aurais voté OUI au mariage pour tous, juste par amitié, juste parce que je crois dur comme fer que dans ce monde pour le moins brutal, on doit, en toutes circonstances, encourager ceux qui veulent hurler qu'ils s'aiment.

Mais là, aujourd'hui, après avoir vu les visages tuméfiés, les boucles d'oreille arrachées, les copines traitées de putes, après avoir entendu cet idiot de Philippe Cochet s'emporter qu'on voulait "assassiner des enfants"… je me sens furieusement solidaire de ces amants et amantes qui brûlent d'amour et que hante le désir de se passer la bague au doigt.

Alors je dédies ce petit post à tous les gays, à toutes les lesbiennes, à tous les trans et même aux hétéros.
Aimez-vous les uns les autres, brothers, et fuck les fachos !

* Jacques Prévert, in Barbara

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire