mardi 24 avril 2012

24 avril, le vrai travail

L'important quand on affiche des valeurs, c'est de dire ce que l'on met derrière. 

Valeur du jour : le travail, qui - laisse-t-on entendre - n'est point un moyen par lequel l'homme s'élève mais une fin en soi, une valeur suprême et fondatrice. 
Parce que, attention !, on ne parle pas de n'importe quel travail, mais du "vrai travail".
Ah ! la belle image de l'ouvrier Stakhanov brandissant son outil, sentant la sueur, fier et ravi de construire un monde nouveau… qui ne tardera pas à s'effondrer.
Ai-je pensé…

Mais pas du tout. Je n'avais pas compris. Le vrai travail, ce n'est pas ça :
"Le vrai travail, c'est celui qui s'il ne va pas à son travail, il n'aura rien. Le vrai travail, c'est ce qui n'est pas protégé de toutes les crises." (Nicolas Sarkozy)
C'est clair, non ?! 
Si ça continue, je vais relire Germinale.

Parce que vous, monsieur le président, vous remuez les couteaux dans les plaies. Vous attisez chez celui qui bosse et ne gagne pas assez, la jalousie et l'envie qu'il n'a pu retenir (qui le lui reprocherait ?). Vous bâtissez un antagonisme de plus par stratégie de pouvoir. 
Quel risque vous prenez en temps de crise !






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire