mardi 3 avril 2012

Alerte : Mali

Si à Bamako, la situation demeure encore stable mais tendue, plus au nord, les rebelles touaregs et islamistes poursuivent leur avancée en direction de la capitale.
Les pays membres de la Cedeao avaient déjà fermé leurs frontières pour contraindre l'armée putchiste au rétablissement d'un gouvernement civil (voir l'article d'hier et du 24-25 mars). Ils pressent désormais les rebelles du Nord de cesser leur progression vers le Sud. En vain.
La situation est suivie de près au Conseil de Sécurité de l'ONU et une intervention étrangère n'est pas exclue.
Au Nord du Mali, les populations civiles fuient la guerre et les pillages. Dans les villes tombées, la Charia est imposée.

En savoir +
Sur la situation au Mali via le Nouvel Obs
Sur l'éventualité d'une intervention étrangère au Mali, via le blog de J.-F. Rémy du Monde
L'interview d'Amadou Haya Sanogo, président du CNRDRE (le "gouvernement" provisoire) dans Jeune Afrique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire