vendredi 20 avril 2012

Crise environnementale

Si elle savait la noiraude ce que son cul produit.
Si elle savait ce qu'elle empeste et la puissance de feu de ses pets. Mais la vache ne sait pas, la vache s'en fout : elle finira de toutes façons dans une assiette.

Les ailes engluées, le Cormoran n'a plus mangé. L'huile visqueuse goutte de ses ailes en comptant les secondes qui lui restent à vivre. Il n'a même pas froid.

Jusqu'ici tout va bien. On pourrait, comme à Tchernobyl ou à Fukushima - il s'en est fallu de peu - cesser de humer l'air, bouder les fruits et voir notre peau partir en lambeaux brûlants.



   Demain : crise idéologique   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire