jeudi 3 mai 2012

Hors de nos frontières

Happée par la campagne, j'ai peut-être un peu perdu le sens des priorités, enfermée que j'étais dans les frontières hexagonales. Petite séance de rattrapage avec ce voyage peu réjouissant hors de nos frontières :


Malgré les efforts de la Cedeao, le MALI s'enfonce un peu plus dans le chaos : les putchistes qui avaient quitté le pouvoir ont de nouveau fait entendre les armes cette semaine pour le reconquérir.
Au Nord du pays, c'est pire : dépassées par les mercenaires et les ambitions islamistes, les velléités d'indépendances des Touaregs ont abouti au carnage : Human Right Watch évoque là des crimes de guerre : pillages, recrutement d'enfants-soldats, viols…


Tristes suites pour la Révolution tunisienne : aujourd'hui le président de la chaîne Nessma a été condamné pour avoir diffusé le "blasphématoire" Persépolis. Aujourd'hui, 3 mai, c'est la journée internationale de la Liberté de la presse.






Hier, au Caire, de violents affrontements ont fait de neuf à vingt morts en pleine campagne électorale. Aujourd'hui, le pouvoir militaire qui règne depuis la chute d'Hosni Moubarak, a promis des élections transparentes et de se retirer du pouvoir dès la désignation du nouveau chez de l'Etat.
Ces élection se tiennent à la fin du mois. En attendant, ce n'est pas exactement la démocratie. A noter : le Conseil Suprême des Armées en Egypte a fait son entrée dans la liste des 41 prédateurs de journalistes dénoncés par le rapport de Reporters Sans Frontière paru aujourd'hui.





Un dissident chinois se fait la belle. Avocat autodidacte placé en résidence surveillée depuis 19 mois, Chen Guangcheng, aveugle, était séquestré et brutalisé dans son village natal.
Réfugié à l'ambassade des Etats-Unis, il en est ressorti pour être soigné à l'hôpital, en échange de la possibilité de vivre une vie normale avec sa famille loin de son village.
Sauf que le dissident préférerait décoller avec sa famille dans l'avion d'Hillary Clinton demain, à la fin du sommet sino-américain dont on imagine l'ambiance un peu plombée.



Ioulia Timochenko s'est invitée à l'Euro 2012. Vladimir Poutine est décidément bien en peine pour redorer son image auprès d'une opinion publique échaudée par les doutes qui ont entouré sa dernière élection. S'il espérait s'appuyer sur la ferveur populaire qu'auraient pu soulever la tenue de l'Euro 2012 en Ukraine, il risque fort de devoir lâcher du lest. En effet, plusieurs délégations, parmi lesquelles les membres de Commission eruopéenne, ont décidé de ne pas se rendre à la manifestation sportive pour protester contre le sort réservé à l'opposante incarcérée pour 7 ans, en grève de la faim depuis le 20 avril, et qui aurait été récemment brutalisée.







Et puis, la répression se poursuit en Syrie







Enfin, celle-là je n'ai pas eu le temps de croquer cette nouvelle, mais il faut quand même que je vous la dise. Ca se passe en Libye : par la voix de son avocat, l'ancien Premier Ministre lybien l'affirme aujourd'hui : "oui, le colonel Khadafi a bien financé la campagne de Nicolas Sarkozy." Voilà qui devrait aider Mediapart dans ses démêlés judiciaires avec le Président-Sortant.

Comme quoi : les frontières sont poreuses !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire