vendredi 18 mai 2012

La parité et quelques signes forts



34 + 1 (premier ministre) + 1 (président), cela fait beaucoup de chaises autour de la table du Conseil des Ministres. Mais avant de se mettre à table, avant la photo de famille, il a fallu prendre ses fonctions ministérielles.

Peu à dire en fait. De chaque côté, on a fait mine d'avoir enterré la hâche de guerre, déterrée aussitôt franchi le péron des ministères : nous sommes en campagne, tout de même.
Signalons quand même l'absence notable de l'ex Ministre de l'industrie parti en vacances et qui n'a pas daigné passer les clés à son successeur Arnaud Montebourg. Relevons aussi, le petit tacle en forme de compliment signé Pierre Moscovici qui s'est souvenu comme Valérie Pécresse était une brillante élève lorsqu'il avait dû juger de son travail comme membre d'un jury à l'ENA… Rappelons que l'élève Pécresse a quelque peu vitupéré l'inexpérience de cette équipe…
Relevons aussi quelques signes notables d'une volonté de changement. Je ne parlerai pas du code de déontologie. On a vu trop d'institutions et entreprises définir des engagements pour masquer des pratiques sordides.
En revanche, Montebourg à l'industrie (pardon, au Redressement productif) et Canfin délégué au développement, c'est quand même un signe fort : tous deux ont fait de la lutte contre les paradis fiscaux un cheval de bataille et Montebourg est en colère contre la mondialisation non régulée. Voilà qui devrait fâcher quelques chantres des délocalisations et surtout les anges noirs des Paradis fiscaux. C'est toujours ça de pris.

Retrouvez la trombine de membres de l'équipe au pouvoir en cliquant sur la page 34 +1 + 1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire