mercredi 30 mai 2012

Syrie : l'impuissance



La valse des ambassadeurs a commencé, témoin du ton qui monte… mais comme une colère sourde et inutile : les ambassadeurs occidentaux, Bachar s'en tape. 
Pour le reste des protestations et des intentions affichées, les mots disent l'opposition devant l'horreur mais ils disent aussi l'impuissance.
Parce que dire qu'on est prêt à envisager une intervention militaire "sous mandat du Conseil de sécurité" ce n'est pas autre chose que de dire aux Syriens agonisants : "votre souffrance me touche, mais vous allez continuer à déguster". 
Dès aujourd'hui d'ailleurs, Hu Jintao et Vladimir Poutine ont répondu en réitérant leur opposition à une intervention militaire en Syrie. Il n'y aura donc pas de mandat du Conseil de sécurité. Pire : Vladimir Poutine a même jugé prématurées toutes nouvelles sanctions contre la Syrie ; réponse pour le moins ferme aux propos de François Hollande au JT d'hier et qui mine quelque peu le terrain pour la rencontre entre les deux hommes qui doit avoir lieu vendredi à Paris.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire