jeudi 14 juin 2012

Exit les tweets ?


Cérémonie solennelle ce matin aux Invalides pour rendre hommage aux quatre soldats tués samedi dans un attentat dans un village afghan de la Kapisa. Il y avait là François Hollande, seul face aux quatre et, derrière lui, les présidents déchus, les ministres en exercice, des premiers ministres, en exercice ou non.
Un bel hommage où chaque soldat a été nommé. Un bel hommage au cours duquel François Hollande a rappelé que l'heure était à la transition, que d'ailleurs le président afghan l'appelait de ses vœux il y a quelques heures à peine et que bref, on allait sortir de ce bourbier où plus grand monde, sur place,  ne veut nous voir en armes.

Et - enfin ! - on a un peu moins parlé des petits oiseaux de Valérie. 
Enfin ! Nous revenons à des choses un peu plus sérieuses dans le débat public : François Hollande est en route pour Rome où il doit rencontrer son homologue Mario Monti, avec lequel il constituerait bien le binôme pour la croissance européenne.

2 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce que vous faîtes. Que vous inspirent les 90 jours de grève de la faim de Mahmoud Sarsak, footballeur professionnel palestinien détenu dans les geôles israéliennes depuis 3 ans sans motif ni procès au moment où l'Europe et les fans de foot passent leurs soirées devant des matchs de foot?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le cas de Mahmoud Sarsak est une urgence, mon post du jour répond à votre question sur ce qu'il m'inspire.
      Merci pour cette suggestion. Je n'y aurais sans doute pas pensé.
      Petite précision toutefois : j'aurais voulu aller plus loin sur cette question des murs d'Israël, mais c'est un sujet compliqué et je ne crois pas y avoir encore assez travaillé pour pouvoir en parler (mais je progresse).
      Il y a trop de douleurs passées, présentes, prévues, dans tous les camps. La situation est délirante et évidemment intenable, mais j'ai besoin d'essayer de comprendre comment le peuple juif a pu produire cela, comment un peuple de diaspora a pu désirer s'enfermer.
      J'y reviendrai.

      Supprimer