jeudi 21 juin 2012

Le changement, c'est patience et longueur de temps

"Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage."
Ainsi parlait La Fontaine, que François Hollande pourrait citer lors de son prochain point presse, parce qu'il semblerait bien que, du côté de l'Europe et de l'environnement, le changement ne soit pas tout à fait pour maintenant.
François Hollande a beau affirmé en rentrant de Rio qu'il a "bon espoir", on ne peut pas dire que les avancées aillent bon train.
A Rio, d'abord, personne n'espère rien de ce sommet consacré à l'environnement. Les dirigeants sont partout tellement préoccupés par la crise économique que le grave désordre environnemental est passé aux oubliettes. Etroits esprits que ceux qui ne peuvent penser en même temps croissance et environnement, développement et durabilité. Il y aurait là pourtant, quelques idées neuves à inventer. Mais voyez : ni Merkel, ni Obama, n'ont pris la peine de faire le déplacement… Ce sera, au mieux, pour la prochaine génération.

 

En Europe, ensuite, Angela Merkel campe sur ses positions, réitérant sa fin de non recevoir aux eurobonds. Il faudra donc que François Hollande fasses des concessions ou aille au blocage.



Mais le pire est venue d'Albion, avec la provocation de David Cameron annonçant à l'aube du G20, qu'il déroulerait "le tapis rouge" pour nos candidats à l'exil fiscal. Au passage, il a clairement laissé entendre quelle opiniâtreté il mettrait à combattre les paradis fiscaux. 



Même l'été est en retard. C'est dire ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire