mercredi 6 juin 2012

Vatican : rien ne va plus


A force de laïcité et de désertification des églises, en France, on a souvent tendance à oublier le poids de la religion dans le monde. Quoiqu'on en dise, les dignitaires religieux demeurent des guides pour nombre de familles et cela toutes religions confondues. 
Les Chrétiens (catholiques, protestants, orthodoxes, Anglicans, etc.) sont largement majoritaires, avec près du tiers de la population mondiale. A eux seuls, les Catholiques représentent plus de 17 % des habitants de cette planète, soit à peine moins que les Musulmans (19,6 %), toutes tendances confondues.
Et contrairement à ce que l'on pourrait penser vu d'ici, le nombre de fidèles catholiques ne faiblit pas : +1,3 % en 2011, selon le Vatican.

Le Christianisme est une religion ultra hiérarchisée et la fonction papale n'a rien d'honorifique. Pas de bol, le dernier Pape Benoît XVI n'est pas tout à fait un ange : il traîne notamment des casseroles d'un passé lointain où il avait trouvé quelques charmes aux théories nazies et n'a pas la réputation de briller par sa grande tolérance. Souvenez-vous, il fut choisi en pleine angoisse terroriste, en pleine exagération des périls islamistes. L'Eglise, alors, avait fait le choix de la fermeté, de la rigueur et de l'orthodoxie catholique.
Sauf que celui qu'on avait choisi pour que l'Eglise résiste aux intempéries voit s'abattre sur son règne un déluge de scandales : les affaires de pédophilie ont durablement entaché l'image de l'Eglise et les fuites dans la presse, depuis janvier dernier, de documents secrets appartenant au pape n'arrangent pas les choses. Il faut dire que les révélations de ce "Vatileaks" brûlent comme les feux de l'enfer : corruption, opérations de blanchiment d'argent, complots contre le pape (bof…), scandales sexuels chez les Légionnaires du Christ et négociations avec les catholiques intégristes avec lesquels le Pape discute sans difficulté…

Ce "Vatileaks" énerve souverainement au Vatican, où l'on tente d'étouffer l'affaire : le majordome du pape qui avait sorti les documents est sous les verrous et le responsable de l'Institut des Œuvres Religieuses (la Banque du Vatican) a été limogé pour "mauvaise gouvernance".

Mais qu'on ne se méprenne pas, l'Eglise continue à œuvrer : lundi, le Vatican a fermement condamné Margaret A. Farley dans une longue mise au point fustigeant vertement ses différentes prises de position. Cette religieuse américaine a publié un livre ("Juste l'amour, un cadre pour l'éthique sexuelle chrétienne") dans lequel elle défend la masturbation, l'homosexualité et le divorce. Damned !

Autant dire que cette condamnation passe mal aux Etats-Unis où plusieurs comunautés catholiques prennent position en faveur du mariage homosexuel depuis déjà un moment. 
Pas de quoi redorer le blason de l'église, donc. 

Personnellement, cela m'est un peu égal : j'appartiens à la troisième religion de cette planète : celle des athées et des agnostiques. Mais comme je suis baptisée, je suis peut-être comptée parmi les Catholiques… Nom de Zeus !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire