lundi 16 juillet 2012

Il y a 70 ans : la rafle

©Aql

Ils sont arrivés au petit matin avec fracas, avant le lever du jour qui pourtant se levait tôt en ce 16 juillet 1942 : 9000 policiers et gendarmes français qui ont sillonné Paris pendant deux jours, raflant 13152 juifs étrangers réfugiés en France. Hommes, femmes, enfants, vieillards.

8160 d'entre eux furent enfermés au Velodrome d'Hiver où ils furent retenus dans des conditions inhumaines, entassés sur les gradins, avec un seul point d'eau et sans nourriture, pendant 4 jours. Les autres gagnèrent directement Drancy.
Tous ou presque partirent pour un voyage sans retour : Auschwitz.
Au total, plus de 42 000 juifs ont été expédié de France jusqu'à Auschwitz. 811 sont rentrés. Un quart fut arrêté en cette sinistre rafle du Vel' d'Hiv' ; 25 adultes rentrèrent accompagnés de quelques enfants.

En face de mon atelier, un large bâtiment de briques accueillait à l'époque plusieurs logements sociaux financés par la Fondation Rotschild. 42 familles juives habitaient là lorsque les Loup nazis sont entrés dans Paris. Une seule est revenue. Les très vieux racontent encore comme l'école où mes filles ont appris à lire plus de 50 ans plus tard s'est vidée d'un seul coup.

Qu'on se le dise : le génocide n'est pas comme la varicelle. Ce n'est pas parce qu'on l'a eu une fois, qu'on ne l'aura plus jamais.
Au contraire, les faits l'attestent souvent : le crime contre l'humanité est chez l'homme une maladie chronique. Laissez la s'installer et vous atteindrez son stade ultime : le génocide.
Mémoire et vigilance sont les seuls traitements dont nous disposons pour la prévenir. 

Pourtant, d'après un sondage CSA publié lundi, une large majorité des Français de moins de 35 ans ans n'a jamais entendu parler de la Rafle du Vel d'Hiv' : ils sont 67 % chez les 15-17 ans, 60 % chez les 18-24 ans…
Voyez comme on oublie.
Voyez comme on recommence, ici et là, à creuser des lits pour la Bête immonde.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire