lundi 27 août 2012

Mitt Romney, mormon à la mord-moi…


Reportée. La première convention du candidat républicain à l'élection présidentielle américaine a été remise à mardi pour cause de menace d'ouragan. Ouf ! les militants républicains l'ont échappé belle. Les Américains, eux, ne perdent rien pour attendre : dès demain, Mitt Romney essaiera de faire valoir sa personnalité, histoire de dégager quelques aspérités sur ce visage lisse et froid de golden boy.

Qu'on se le dise, on est loin de l'Amérique progressiste que ce blog affectionne. 
Qu'on en juge : Mitt Romney est de confession mormone et c'est bien sur cette foi sans faille - pour ne pas dire ultra — que ses sympathisants l'invitent à s'appuyer. Voilà qui nous prépare quelques discours bigots, rappelant ceux de Bush fils dont on sait qu'ils n'ont guerre calmé l'ambiance de guerre sainte qui commençait alors et dans laquelle nombre de pays se sont enfoncés depuis.

Parce qu'en Chrétienté comme en Islam, le prosélytisme est radicalisation et Mitt Romney a plus souvent qu'à son tour, malgré quelques volte-face opportunistes, vitupéré sans nuance contre l'avortement, contre le mariage homosexuel et pour la peine de mort… On imagine aisément ses discours inspirés et rassembleurs sur le djihad qui n'est que la traduction de la guerre sainte, chère à Bush Junior.

Que voulez-vous, les voix du seigneur sont impénétrables et peuvent mener au jardin d'Eden ses serviteurs les plus zélés. D'ailleurs, Romney est déjà familier du paradis et celui-ci est fiscal : le candidat républicain aurait mis quelques copieux revenus dans des comptes discrets aux Bermudes et Iles Caïmans. Il faut dire que ses années passées au cabinet de capital-investissement Bain Capital lui ont permis - grâce notamment à quelques délocalisations dont se souviennent bien les Américains licenciés à cette époque - d'amasser quelques 200 millions d'euros.

Bel exemple de charité chrétienne, non ?! On comprend qu'Eole se fâche en envoyant Isaac, personnage commun aux trois religions monthéïstes.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire