mercredi 29 août 2012

Syrie : "Qui ressuscitera les morts"

Près de 25 000 morts, 300 000 réfugiés, des villes dévastées, des civils terrorisés, un conflit qui pourrit et fait des petits aux frontières… 
Aujourd'hui encore, dans une allocution télévisée, Bachar el Assad s'est félicité des récentes défections de ses proches, parle de "nettoyage" et annonce, histoire de tuer les derniers espoirs d'une population meurtrie, que "gagner la bataille" prendra du temps.
Combien de temps ? Combien de villes dévastées ? Combien de morts ? Combien de bombes larguées par les avions de chasse syriens, pour la plupart des MIG de différentes génération, en provenance de Russie ?

Permettez qu'à nouveau, je soumette un poème à votre sagacité.
Celui-ci est satirique et est justement signé d'un poète syrien, Nizar Qabbani, mort en 1998.

Cogitations du… leader

Chaque fois que j’envisage de quitter le pouvoir
Ma conscience me l’interdit …
Qui, après moi, gouvernera ces braves gens ?
Qui, après moi, guérira le boiteux ?
Le lépreux ?
L’aveugle ?
Qui ressuscitera les morts ?
Qui tirera les rayons de lune de sa manche ?
Qui enverra aux gens la pluie ?
Qui les châtiera de quatre-vingt-dix coups de fouet ?
Qui les crucifiera sur les arbres ?
Qui leur imposera, sinon, de vivre comme les vaches ?
De mourir comme les vaches ?
Chaque fois que j’envisage de les quitter
Mes larmes se déploient comme un nuage !
Je m’en remets alors à Dieu…
Et je décide d’enfourcher le peuple
Jusqu’au jour du Jugement dernier ! 


Dégage Bachar !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire