samedi 25 août 2012

Syriens au Liban


202 000 Syriens ont fuit les combats pour se réfugier de l'autre côté des frontières, destination la Turquie, la Jordanie, le Liban ou l'Irak. Partout, cet afflux de réfugiés génère des tensions que les pays d'accueil ont bien du mal à canaliser.

Le Liban, lui, fait de plus en plus figure d'annexe de la crise syrienne : les combats y font rage dans entre anti et pro Assad. Autant dire que les 47 000 Syriens qui croyaient trouver refuge au Liban ne sont pas au bout de leur peine. 
Dans la Tripoli libanaise, Sunnites et Allaouites s'affrontent armes à la main. Hier encore, ces combats ont fait trois morts. Le HCR a d'ailleurs du déplorer que ses actions d'aide aux réfugiés soient entravées par la violence dans le nord du pays. 
Quand ce ne sont pas les combats, c'est juste la méfiance qui s'est désormais installée : si au début de ces exils massifs, les Libanais se sont montrés des plus solidaires pour accueillir leurs voisins, la situation devient de plus en plus tendue pour les réfugiés. Un exemple : à Bamdhoun, village situé sur la route entre Damas et Beyrouth, les réfugiés syriens squattent quelques maisons en ruine. Entre les habitants du village et les nouveaux venus la tension a atteint son paroxysme et le maire a décrété un couvre-feu pour les seuls Syriens. Ce ne serait pas un cas isolé.

Rue 89 a publié quelques papiers sur les réfugiés au Liban : édifiants !
A lire là et à compléter avec les articles signalés dans la colonne de droite du site de Rue 89.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire