lundi 3 septembre 2012

Desmond Tutu, l'homme libre


On peut être croyant, archi pratiquant ; on peut être dignitaire religieux et être un homme libre. Desmond Tutu est de ceux-là : un type qui a vu suffisamment de douleur pour attiser son désir de justice, un bonhomme qui a tellement lutté qu'il ne baissera plus jamais les bras. Un homme auquel l'amour de dieu n'a pas effacé celui pour l'homme.

Cet homme là demeure à la hauteur du prix Nobel de la paix reçu en1984. Il voulait être médecin mais, faute de moyens pour financer ses études, il deviendra enseignant. Pendant trois ans : en 1957, il démissionne, horrifié par le manque de moyens donnés à l'éducation des Noirs dans son pays, l'Afrique du Sud de l'apartheid. Il choisit alors la théologie, est ordonné prêtre puis archevêque au milieu des années 1970 et s'impose comme le fer de lance d'une révolution pacifiste pour faire tomber le régime de l'apartheid. Il est aujourd'hui la voix contre toutes les injustices : Palestine, vente d'armes, etc. Un très grand homme auquel Miles Davis a dédié le sublime Album Tutu en 1986.

Alors, forcément, quand Desmond Tutu parle, on se tait et on écoute. La semaine dernière, il devait prononcer un discours à une conférence de Johannesburg. Il a refusé d'y siéger parce qu'à la même tribune devait venir s'exprimer un homme avec lequel il ne veut pas se compromettre : Tony Blair.
Sans ciller, avec ce regard qui demeure gai malgré les multiples atrocités côtoyées, Desmond Tutu a demandé que ceux qui avaient menti ou cautionné le mensonge pour que la guerre soit engagée en Irak, soient jugés à la Cour pénale Internationale. Avec quelques faits tangibles au crédit de l'accusation : en Irak, "6,5 personnes meurent quotidiennement dans des attentats-suicide et des explosions de véhicule", "plus de 110 000 Irakiens sont morts dans ce conflit depuis 2003…". Tout cela à cause d'un mensonge. Et d'affirmer "dans un mode cohérent, les responsables de ces souffrances et de ces pertes de vies humaines devraient suivre le même chemin que certains de leurs pairs africains et asiatiques qui ont eu à répondre de leurs actes devant la Cour internationale de justice à La Haye".

Bien sûr, Tony Blair a protesté que Saddam Hussein était un affreux qui a utilisé les armes chimiques et tout et tout. Mais dites-moi monsieur Blair, pourquoi s'il vous semble être dans votre bon droit, craindre une telle juridiction ? Desmond Tutu n'a pas demandé que vous soyez cloué au pilori, il n'a fait que souhaiter que la lumière soit faite et que justice soit rendue.
Parce qu'en attendant, Tony Blair (qui en cela est une véritable muse pour notre ancien Président Sarkozy) engrange force monnaie sonnante et trébuchante en faisant des discours d'expert à près de 5000 euros la minute. Avouez que l'impunité de certains laisse un goût amer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire