lundi 3 septembre 2012

Syrie : mission (presque) impossible

Ce matin à l'aube, les avions de combat ont bombardé Alep. Bilan : au moins 14 morts. Quelques heures plus tard, ce sont 18 personnes qui ont trouvé la mort dans la banlieue de cette capitale du Nord. 18 civils dont six femmes et deux enfants qui s'étaient réfugiés dans le mauvais immeuble, celui qui allait prendre une des bombes larguées par l'aviation de Bachar.
Dans une banlieue de Damas, majoritairement chrétienne et druze, c'est un attentat à la voiture piégée qui a fait à son tour plusieurs blessés.
Et cætera.

"La paix est aujourd'hui une mission presque impossible en Syrie", a déploré ce matin l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi. "Nous ne faisons rien. Ce qui en soi pèse un poids terrible." a-t-il ajouté.
CQFD.


3 commentaires:

  1. Rien. On ne sait rien.
    On tape sur Bachar, comme si c'était un tyran.
    mais on ne sait rien de tout cela.
    D'un côté il y a le très méchant Bachar et de l'autre côté, nous, les très gentils.
    Le printemps arabe est un soulèvement bien peu crédible quand on pense qu'il a été initié par les peuples eux-mêmes.
    Il y a de la manipulation dans tout cela.
    Bachar a une armée puissante et se défend contre des attaques extérieures. Des attaques pour déstabiliser le pays.
    Le monde n'est pas peuplé de très méchants à l'est et de très gentils à l'ouest.
    Il faut prendre du recul dans cette histoire.
    Après la Syrie, l'Iran est visée.
    Mais la Syrie et l'Iran sont de grandes nations.
    Et, là, ca risque de faire très mal si ca pète, parce qu'il ne s'agit pas de petits pays comme la Tunisie ou la Libye.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On sait quand même que des villes sont démolies et que les populations sont massacrées sur ordre de l'Etat, alors que la première mission de l'Etat est justement de protéger son peuple. On sait aussi de quelle manière le clan Assad s'est honteusement enrichi pendant des années, comme il a torturé et éliminé ses opposants : j'en connais qui ne peuvent plus mettre les pieds dans leur pays simplement parce qu'ils ont critiqué le père Assad en public. Bachar est un tyran que l'ouest a longtemps soutenu, qui n'a pas fait que du bien au Liban et je n'aime pas les tyrans.
      Je ne crois pas non plus que l'on puisse taxer ce blog de manichéen : j'ai applaudi ici la demande de Desmond Tutu de voir comparaître Bush et Blair pour avoir menti et provoqué la guerre en Irak, ses milliers de morts et la déstabilisation de toute une région. Je ne doute pas non plus que les Saoudiens défendent à leur manière en Syrie des intérêts qui ne sont pas ceux du peuple syrien.
      Quand aux soulèvements populaires, ils finissent toujours par être récupérés, surtout quand on les laisse aller jusqu'au pourrissement (il faut des fonds pour financer une guerre et ceux-là ne tombent pas du ciel). Qu'il y ait aujourd'hui, des interventions extérieures en Syrie, je n'en doute pas non plus et c'est vrai des deux côtés (quoique manifestement, on soit plus armé d'un côté que de l'autre). Quel intérêt par exemple, a la Russie dans cette affaire ? peut-être l'exploration gazière qui, très étonnamment, s'est arrêtée aux rives des eaux territoriales syriennes ? Côté saoudien, on sait la fraternité sunnite. On peut aussi se demander s'ils ne mettraient pas volontiers la main sur les mêmes eaux peut-être riches en gaz.

      C'est parce que je cherche à garder du recul par rapport aux intérêts peu avouables des uns et des autres que je m'attache aux souffrances des peuples en Syrie, au Mali, en Iran, etc. et que je m'inquiète aussi de la misère grandissante dans mon propre pays alors même que les écarts de richesse ne cessent de croître.
      Je mesure aussi notre responsabilité dans les troubles du Moyen-Orient, à commencer par le silence coupable devant Israël qui bafoue impunément le droit international et par les multiples petits arrangements auxquels se livrent nos pays démocratiques (ils n'en sont que plus coupables !)pour servir de juteux business ou par crainte du pire.
      Je me doute aussi que le départ de Bachar ne donnera pas tout de suite la liberté aux Syriens, que cela est long et difficile. Mais Bachar a tiré sur son peuple : qu'il dégage !
      Quant à l'Iran, on ne peut que craindre qu'il détienne l'arme atomique, parce que ce n'est jamais une bonne nouvelle. Mais vrai : Netanyahou ne devrait même pas avoir le droit de s'exprimer sur ce point, il n'est pas légitime sur la scène internationale. Quand à nous autres qui avons tellement d'armes atomiques qu'on ne pense qu'à les réduire, on n'est pas très bien placés non plus…
      Le fait que ce soit compliqué, le fait que ce ne sera sans doute pas tellement mieux après ne suffit pas à légitimer que soient commis des crimes contre l'humanité. A une certaine époque, nos nations si moralistes ont plébiscité Hitler par peur des communistes. Les affreux sont des affreux, dans tous les camps. Ma liberté de penser m'autorise à le dire, elle me permet de respecter votre désaccord. Je sais combien c'est compliqué. je ne m'intéresse qu'aux civils, aux familles qui, partout, ne veulent qu'une chose : vivre en paix !

      Supprimer
  2. Quand les pays du golf se positionnent comme défenseurs de la démocratie...
    On devrait rire... c'est pourtant bien triste car seuls les civils subissent les tirs nourris...
    N'oublions pas que les journalistes occidentaux morts en Syrie, l'ont été par des tirs "malencontreux" des rebelles...
    Au moment où Lakhdar Brahimi s'efforce de mettre tous ses efforts en faveur d'une trêve après avoir décliné de suivre les plans des qataris (cf article ci-après).... Les rebels reçoivent ce jour leur 1ère paie du Qatar et des pays du Golf... 150$ de quoi motiver la révolution...
    Ici des voix s'élèvent pour que nous intervenions et renversions le pouvoir... pour qui? pour quoi?

    http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2012/09/syrie-brahimi-ne-veut-pas-etre.html
    (l'info ne fut que peu relayer, pas grand choix de source !)

    RépondreSupprimer