mardi 15 octobre 2013

Encore un peu plus pauvres



Il s'appelle…
Non, je ne peux pas dire son nom : ce serait faire offense aux dernières traces de fierté qui habitent encore ce corps détruit, ces yeux baissés, cette âme à vif. C'est mon ami. Le plus grand de tous.

Il vivait autrefois dans un bel appartement parisien où il donnait des fêtes généreuses et infatigables que personne ne voulait manquer. Combien étions-nous, ivres de son, de mets et de verres ? Bien plus de 10, 100 peut-être, pressés les uns contre les autres dans cette pièce immense et cette cuisine ouverte. Nous riions, nous dansions, nous buvions, nous aimions…
C'était mon ami, le plus grand de tous. C'est mon ami, le plus oublié de tous.

Titulaire du RSA, il partage désormais une chambre minuscule avec un compagnon de misère qu'il n'aime pas et qui le lui rend bien. Comme un taulard, contraint de partager une piaule ridicule avec un autre qui pue et pisse dans la poubelle. Mais lui dit que c'est "quand même mieux que dehors".

Il est mon ami et cet ami n'a pour vivre qu'un minima social. Ce n'est pas suffisant, bien sûr. Alors parfois, mais pas souvent (il a tellement honte !), il vient demander quelques billets froissés pour terminer le mois.

Comme les 1,7 millions, titulaires de minima sociaux — en hausse de plus de 50 % depuis 2009  !—il ne peut pas boucler les fins de mois. Comme ces légions de pauvres et de très pauvres, je ne suis pas sûre qu'il sache, là, dans son foyer, qu'au Parlement en ce moment, on parle de gros sous et qu'il devra, lui aussi, via la hausse de la TVA, contribuer à l'effort national pour résorber la dette. Lui qui n'a déjà plus rien, sinon sa honte d'être aux crochets des rares amis qui lui restent. Lui qui ne fut jamais trop riche mais toujours généreux.

C'est mon ami, le plus grand de tous. Alors il pourra m'appeler, un peu plus tôt dans le mois. Mais les autres, ceux qui, parmi ces 1,7 millions, n'ont même pas un proche ? Ceux-là resteront les ombres de la rue, les ignorés de tous, encore un peu plus pauvres.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire