jeudi 10 octobre 2013

La politique de la honte

 Le Canard l'annonçait il y a des semaines : Sarkozy allait sans doute bénéficier d'un non-lieu dans l'affaire Bettencourt. En cause notamment, la promotion attendue d'un juge que l'explosive inculpation de l'ex-Président risquait de contrarier. 
Dont acte : Sarkozy a bénéficié d'un non-lieu. Pourtant, si l'on en croit Médiapart, on ne peut pas dire que les juges n'aient rien trouvé à redire sur les agissements de celui que 54 % des Français ne regrettent pas (ouf !). Parce qu'il est clair que Sarkozy a rendu visite à la vieille dame sénile, parce qu'il est évident que de l'argent liquide et occulte a circulé et que celui-ci a servi, au moins en partie (il n'est pas exclu que les proches de Sarkozy aient engrangé une petite commission), à financer la campagne inique qui allait conduire "le nain" sur la plus haute marche du podium républicain. Cette fois encore, le commanditaire est laissé en paix et ses petites mains porteront le chapeau. Sarkozy peut jouer les victimes innocentes. Il ne s'expliquera pas et cela nous laisse un goût amer : la défense de la république ne pèse pas lourd face aux ambitions personnelles.




S'il n'y avait que cela.
Avant-hier, à l'Assemblée, la bêtise gloussait, ivre et sexiste. Le député UMP Philippe le Ray, coq misogyne, tentait de couvrir les mots de la député écolo Véronique Massonneau, en imitant la poule. Ambiance cour de récré dans l'Hémicycle qui vote nos lois et cela nous laisse un goût amer : nos représentants, dûment élus, sont ridicules et d'un autre âge. Pas étonnant qu'ils soient si souvent incompétents, à l'instar de ces socialistes qui, par erreur (ce n'est pas la première) se sont trompés de vote


Tout cela pourrait être drôle si ce n'était tragique.
Mais au secours ! Le Front national devient le premier parti de France et Marine peut ironiser sur le fait que les partis traditionnels "n'ont plus d'argument à lui opposer". Ce ne sont pourtant pas les arguments qui manquent, mais ceux qui ont voix au chapitre politique, eux, ne sont plus crédibles.
Il faut pourtant que cela se sache, que les Français mesurent : le Front national est bel et bien un parti politique de droite dure, une organisation dans la plus pure tradition de la droite maurassienne, nationaliste, protectionniste et haineuse. C'est un parti réactionnaire et démagogue qui ne grandit qu'en désignant ses ennemis, c'est-à-dire tout ce qui n'est pas le peuple français tel qu'il était lors de ce qu'il considère comme ses heures de gloire : ses heures impériales et coloniales !

Petit extrait du programme de Marine (dont je ne vous donne pas le lien web, faut pas abuser)… histoire de se mettre au clair :

 " Les manifestations de soutien aux clandestins
seront interdites.
La possibilité, dans le droit
français, de régulariser les immigrés clandestins
sera supprimée. Les pompes aspirantes de
l’immigration clandestine seront supprimées, telle que
l’Aide médicale d’État, réservée aux migrants clandestins et
qui leur permet de se faire soigner gratuitement en France.

La priorité nationale sera appliquée
à tous les Français,
quelle que
soit leur origine. Les entreprises se
verront incitées à embaucher en priorité,
à compétences égales, des personnes
ayant la nationalité française. Les
administrations respecteront également
ce principe, et la liste des emplois
dits « de souveraineté » sera élargie,
notamment dans les secteurs régaliens
où les professions seront réservées aux
personnes ayant la nationalité française."


Alors, ce matin, après avoir entendu la radio annoncer que le FN arrivait en tête des intentions de vote pour les élections européenne, j'ai allumé ma platine et glissé un CD d'NTM. En rangeant le petit déjeuner, j'ai gueulé en chaloupant avec Kool Shen et Joey Starr qu'on avait pourtant dit "Plus jamais ça !". Big up aux anti-FN !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire