mardi 8 octobre 2013

Toute la misère du monde

Un millier de morts par an en Méditerranée. Des migrants sur des coques de noix en perdition.
Bien plus de 200 d'un coup d'un seul, le 3 octobre, au large de Lampedusa.
Ces temps-ci, la mer charrie des cadavres, des corps gonflés de noyés.
Toute la misère du monde, celle que nous n'avons pas vocation à accueillir. 
Toute la misère du monde et je n'ai pas, moi, vocation à en voir crever les victimes.
Alors me vient l'envie de vous rappeler cette lettre lue par Jeanne Moreau et mise en musique par VicoParadis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire