mardi 13 janvier 2015

Nombreux, les innombrables




1,5, 3, 4 millions... Nous étions innombrables à pleurer les 17.
Nous étions innombrables et Charlie paraîtra demain : 25 pays, 3 millions d'exemplaires. 

J'ai pleuré pour Charlie, me suis inquiétée pour les otages. J'ai marché avec tout le monde, comme un seul homme.
Mais là, c'est bon !
Après cinquante experts me parlant des filières djihâdistes entre Europe et Syrie, dix huit analyses proposant des solutions sécuritaires et préventives, cent portraits de Coulibaly, potes et femme... Après tout cela et la Une de Charlie, resterait-il une place pour nous parler d´actu, nous raconter un peu ce qui ne change pas en vrai ?

2000 corps amoncelés dans les rue de Baga et les villages rasés de ce Nord Nigeria valent bien les Unes de nos journaux.
Comme cette unique fillette qu'on envoie à la mort pour de trop pieux mensonges...
Comme ces morts qu'on ne compte plus, en Syrie ou ailleurs... 
Comme les enfants qui dorment au coin de rues trop sales.

Où est Charlie au cœur des innombrables ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire