jeudi 30 avril 2015

Du taf, please !

Affiche réalisée pour la Compagnie du Bredin. 


Quand Laurent Vacher de la Compagnie du Bredin m'a téléphonée pour me demander de créer le visuel pour sa prochaine mise en scène — Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès —, j'avais d'abord rappelé à ma mémoire mes recherches étudiantes et les années passées à écrire pour le compte de grands groupes opérant en Afrique.
Et puis, le 19 avril, 800 migrants sont morts en Méditerranée, 800 de plus venus s'ajouter au millier déjà perdu en mer depuis le début de l'année. Cela ne pouvait pas ne pas influencer notre regard porté sur le texte de Koltès. Je sais que Laurent fut, lui aussi, frappé de stupeur devant tant d'actualité !

Alors, j'ai cherché une Afrique opiniâtre, comme le nègre de la pièce. Une Afrique omniprésente, comme les gardes de Koltès. Une Afrique vibrant de colère sourde. Une Afrique puissante, prête à bondir, mais une Afrique ravagée, salie, abîmée.
Je voulais marquer le cloisonnement entre deux mondes, raconter leurs ruines parallèles. Je voulais dire, aussi, je crois, cette pantomime qui fut jouée quand 800 périrent, jouée par l'Union Européenne notamment. Je voulais dire tout ceci parce que c'est là, dans le texte de Koltès… et parce que c'est la vraie vie.

Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès par la Compagnie du Bredin tournera une première fois en janvier 2016 à Annemasse, Clamart et Mancieulles. Je vous en dis plus très vite.

En attendant, moi, il faut que je vous dise : j'ai besoin de travailler encore et si dans ces colonnes je parle souvent de sujets graves, je peux aussi aborder des registres plus légers. Alors si vous avez besoin de dessins et de textes, de dessins seulement ou de textes uniquement, surtout, n'hésitez pas : contactez-moi.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire