lundi 8 juin 2015

Un bout de chemin J-4 / Hate & Love

Hate & Love, encre sur papier, d'après Rodin, 2015


En choisissant de nommer ma prochaine expo à l'atelier, Un Bout de chemin, j'annonçais que j'y accrocherai un peu de tout, de toutes les époques et de tous les thèmes. La logique aurait voulu que je prenne le parti d'un accrochage chronologique pour donner justement à voir le chemin parcouru.

Seulement voilà, je mesure quels grands écarts formels je fais parfois d'une série à l'autre. Alors où trouver de la cohérence, où trouver du sens dans tout ce fatras sinon dans ce que je raconte, c'est-à-dire, finalement, toujours la même chose : la permanence temporelle et géographique de nos haines d'une part, la même constance retrouvée partout et en tous temps quand il s'agit d'aimer, d'autre part. 

Je me reconnais dans cette dichotomie. Et, finalement, une fois les œuvres accrochées les unes près des autres, associées pour ce qu'elles racontent, une unité formelle s'est imposée, structurée par le trait filaire.

Alors dans les deux petites pièces de mon atelier, j'ai partagé mon univers en deux mondes : l'un est léger, l'autre pesant. L'un parle de nature, de levers de soleil, de beaux sentiments et de sexe aussi (je dis ça si vous comptiez venir avec des enfants : ils pourraient vous poser des questions embarrassantes…). L'autre regroupe mes coups de gueule et coups de blues engagés, ceux qui accompagnent mes chroniques ici publiées quand j'ai peur pour nous tous, quand les colères et les peines me viennent par salve et que je veux crier…

Bref, l'exposition Un Bout de Chemin aurait pu tout autant s'appeler Hate & Love. Mais elle s'appelle quand même un bout de chemin parce qu'autour de ces thématiques, j'ai accroché des travaux réalisés de 2008 à 2015. Elle s'appelle Un Bout de chemin et ça commence vendredi. Je vous y attends.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire