mercredi 18 novembre 2015

Dionysos contre les terroristes



Quelques rayons de soleil posés délicatement sur les chapeaux de cheminées parsèment les toits de lumières scintillantes. D'une fenêtre voisine s'échappent quelques notes un peu soul. Sur le brouhaha des voitures du boulevard, tintent les rires des minots de l'école du quartier : la vie reprend doucement aux abords du Bataclan.

Ce matin pourtant, quand le réveil a sonné, nous étions déjà en plein drame et la radio débitait - frénétique ! - les nouvelles de l'assaut de Saint-Denis.

Je ne sais pas si c'est le vent du regain qui passait entre les velux. Je ne sais pas si c'est la petite heure d'insomnie (la nuit porte conseil), mais je vous jure que j'ai souri en entendant les infos. J'ai même failli éclater de rire.

Parce que les habitants de Saint-Denis s'appellent les Dionysiens. Parce que Dionysos est le dieu du vin et de ses excès, de la fête, du théâtre et de la tragédie. 
Parce que mon esprit d'escalier s'était remis en marche et que je goûtais fort cette ironie du sort qui s'abattait sur les infâmes du 13 novembre.

Born to be Alive, nom de Zeus !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire