mardi 5 juillet 2016

Bagdad


A Bagdad, les attentats sont quotidiens.
Quand il en meurt 200, voilà qu'on s'en souvient.
A peine.
La nuit passe et efface, un à un dans les étoiles, les morts lointains qu'on pleure sous des voiles noirs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire