jeudi 1 septembre 2016

Transition de brindilles



J'ai abandonné sous la lune un rosier cervidé inquiet de solitude et je m'en veux un peu…
Mais il est mieux là-bas, loin des mensonges et des tumultes, bien plus heureux dans sa campagne qu'au spectacle de LA campagne. Je crois que je l'envie.
Mais il fallait rentrer.

Quand je suis retournée dans mon atelier après un mois d'absence, Yu Man lisait. Bien sûr.
Il continua à mon retour, sans ciller et sans tourner une seule page. Bien sûr.
Yu Man est un fake. Bien sûr.

Mais j'ai besoin de lui. Il est cette part de moi-même, la plus langagière et la plus humaine, la plus aimante ; celle que je crains menacée. Il est mon âme bienveillante et tolérante que ce monde voudrait décourager. Oh comme il est difficile, ces temps-ci, de résister au repli !
(Déjà, le cœur de pétales de Yu, doré hier, a bruni jusqu'à frôler le noir.)

Alors pour reprendre le fil après un mois d'absence, pour retrouver l'esprit qui m'animait alors — quand je posais des lettres sur son corps très bavard — j'ai façonné un livre de lin. J'y mets en scène des mots déjà écrits et des images passées. Je redécouvre les bribes de son histoire et les regarde autrement, un peu plus tard, un peu plus reculée… 
Page après page, les voilà parcourues de feuilles et de pétales : là ! c'est une transition entre mes deux mondes, un "rempart de brindilles" (René Char).



Je termine donc, ces jours-ci, les dernières pages du Livre de Yu Man. Il y en aura 20. Puis viendra un autre livre, pour les enfants cette fois, et puis peut-être d'autres si l'on se prend au jeu.

Dans un peu plus de trois semaines, j'irai installé Yu dans un bosquet du square Maurice Gardette. 
Pour sa 8e Biennale, Le Génie des Jardins avait choisi le thème "Accueillir". C'est ce mot-là, précisément, et les lierres de Gardette qui ont fait naître Yu.
Les infos et le programme de l'édition 2016 du Génie des Jardins sont là.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire